VOTE | 99 fans

#210 : Le triomphe de la justice

C'est la dernière bataille : les Mousquetaires doivent convaincre le roi des méfaits de Rochefort. L'équipe se sépare pour mieux appliquer leur plan, mais au prix de grands dangers.

 

Popularité


4.5 - 2 votes

Titre VO
Trial and Punishment

Titre VF
Le triomphe de la justice

Première diffusion
27.03.2015

Première diffusion en France
08.08.2015

Vidéos

Will Constance shares Lemay's fate? - The Musketeers: Series 2 Episode 10 Preview - BBC One

Will Constance shares Lemay's fate? - The Musketeers: Series 2 Episode 10 Preview - BBC One

  

Diffusions

Logo de la chaîne TMC

France (inédit)
Samedi 08.08.2015 à 23:00
0.39m / 3.6% (Part)

Logo de la chaîne BBC 1

Grande-Bretagne (inédit)
Vendredi 27.03.2015 à 00:00

Plus de détails

Réalisateur : Nicholas Renton
Scénariste : Simon Allen 

Distribution

  • Athos ... Tom Burke
  • Aramis ... Santiago Cabrera
  • Porthos ... Howard Charles
  • d'Artagnan ... Luke Pasqualino
  • Anne d'Autriche ... Alexandra Dowling
  • Louis XIII ... Ryan Gage
  • Constance Bonacieux ... Tamla Kari
  • Milady ... Maimie McCoy
  • Tréville ... Hugo Speer
  • Rochefort ... Marc Warren
  • Villefort ... Phil Rowson
  • Vargas ... Peter Sullivan
  • Marguerite ... Charlotte Salt

¤Captures¤

Le bourreau aiguise son épée tandis que Constance avance lentement vers le lieu d'exécution. Aramis, enchainé, est dans sa cellule.

Treville : Il s'agit d'un meurtre de sang froid.
Rochefort : Il s'agit de justice.
Treville : Vous ignorez le sens de ce mot.

Constance gravit les marches de l'échafaud sous les yeux de Treville et Rochefort.

Rochefort : C'est le moment de choisir, Tréville. Votre loyauté va-t-elle envers votre roi ou à vos amis traitres à la couronne ?

Un homme s'avance pour placer un bandeau sur les yeux de Constance.

Constance : Non ! Je veux contempler ce monde autant que possible avant de le quitter.

L'homme au bandeau s'éloigne. Constance s'avance et s'agenouille devant le bourreau. L'homme lève son épée et se prépare à frapper lorsque que Constance, baissant la tête, aperçoit d'Artagnan caché sous ses pieds. Un coup de feu retentit, touchant le bourreau qui tombe à terre. D'Artagnan sort de sa cachette et abat un garde. Rochefort pousse Treville et se saisit de son pistolet en visant D'Artagnan.

Un garde : Fermez la grille !
Un deuxième garde : La garde en renfort !

On découvre Athos caché sous un masque qui frappe un garde.

Athos : D'Artagnan, on y va !
Treville, brandissant une lame sous la gorge de Rochefort : J'ai fait mon choix.
Rochefort : Il vous en coutera la vie.
Treville : Ce n'est pas vous qui me l'oterais.

Athos sur son cheval est suivi par d'Artagnan qui aide Constance à monter en selle derrière lui.

Treville se préparant à sauter sur le cheval d'Athos : Approchez-vous Athos.
Athos : C'est bon, allons-y.

Les quatres cavaliers se retournent lorsqu'une explosion retentit et s'échappent par l'ouverture ainsi créée sous le regard de Rochefort.

Générique

Portos est à cheval sur la rive d'une rivière entourée d'arbres et de rochers.

Portos : Vargas ?
Vargas : Qui êtes-vous ? Où donc est Rochefort ?
Portos : Ce n'est pas lui qui vous a écrit. C'est moi.
Vargas : Vous ?
Portos : Voyez-vous, j'étais domestique, je servais la maison de l'ambassadeur d'Espagne, Perales. J'y ai appris bon nombre de secrets... Comme le nom du principal espion de l'Espagne. Et celui de son agent à la cour du roi. Rochefort.
Vargas : Et bien... Peut-être pouvons-nous conclure un petit arrangement.
Portos : Hum...

Soudain des coups de feu visent Portos qui saute sur sa monture et s'enfuit au galop.

Un homme armé : Ne le laissez pas s'échapper ! On va le coincer. Dépechez-vous ! Allez il s'enfuit. Bloquez lui la route.
Vargas : Poursuivez-le.
Un homme armé : A cheval ! Poursuivez-le !

Constance sort de la chambre et se dirige dans la pièce où sont réunis D'Artagnan et Treville.

D'Artagnan : Nous devrions y mettre un terme définitif. Je n'ai besoin que d'un seul tir.
Treville : Tuer Rochefort ne résoudrait rien.
D'Artagnan : Vous avez vu de quoi il est capable. Aramis est à sa merci.
Athos : Aramis est un mousquetaire.
Treville : Nous ne sommes plus mousquetaires maintenant. Mais des hors-la-loi. S'ils nous retrouvent, ils tireront à vue.
Constance : Ce n'est pas l'homme que nous devons détruire. Ce sont ses mensonges.
D'Artagnan : Vous voulez qu'on lui laisse la vie sauve ? L'homme qui était sur le point de vous faire exécuter ?
Constance : Je ne l'oublie pas. Mais si vous le tuez maintenant, le roi pourrait ne jamais découvrir la vérité.
Treville : Et quand bien même on tuerait Rochefort, Aramis et la reine seraient toujours en danger.
Athos : Notre seul espoir est de conduire Vargas jusqu'au roi, lui seul est en mesure de pouver au roi que Rocheford a menti.
D'Artagnan : Et si Porthos ne parvient pas à le capturer ? Ou s'il refuse de parler ? Que fera-t-on ? Et comment délivrer Aramis ? Milady est la seule à pouvoir encore entrer dans le palais. C'est elle qui devra l'aider.
Athos : Allez vous reposer. Nous partirons rejoindre Porthos dès que la nuit sera tombée.
Constance : Je veux venir avec vous.
D'Artagnan : Certainement pas.
Constance : Rochefort a assassiné Lemay sous mes propres yeux. C'est mon ennemi autant que le vôtre.
D'Artagnan : Entendu. Mais quand le moment sera venu, il mourra de ma main.

Au palais, la reine Anne regarde par la fenêtre en écoutant un bébé pleurer. Des dames entrent dans la pièce avec des plateaux en laissant la porte ouverte. Elles saluent la reine.

Anne : Je voudrais voir mon fils.
Marguerite : Nous prenons soin de lui, Majesté.
Anne : Quelles richesses Rochefort vous a-t-il promises ? Quel était le prix pour que vous trahissiez ceux qui auraient dû vous être les plus chers ?

Rochefort et le roi parle dans la salle du diner.

Rochefort : La terrible maladie de la conspiration se propage. On ne pourra l'arrêter qu'en remontant à la source.
Le roi : Son propre époux. Le père de son enfant. C'est ... C'est impensable.
Rochefort : Je sais combien c'est douloureux, mais le poison est...
Le roi : Vous ne savez rien, Rochefort. Vous ne savez rien. Vous ne pouvez pas savoir.
Rochefort : Nous devons affronter la vérité, si horrible soit elle. La reine est coupable.

La reine Anne surgit dans la pièce, suivi par Marguerite et des gardes.

Anne en s'agenouillant près du roi : Je supplie Votre Majesté de m'écouter. Jamais je ne pourrais vous faire du mal. Je suis votre reine. Votre femme qui vous aime.
Le roi : Vous ne devriez pas être là.
Anne : Regardez-moi dans les yeux. Dites-moi que je suis coupable. Vous avez été trompé par cet homme.
Le roi : Nous devons nous fier aux preuves, elles sont incontournables.

Marguerite aide la reine à se lever.

Anne : Cet homme m'a accusée à tort !

La reine Anne est escortée hors de la pièce.

Le roi : Peut-être devrions-nous écouter ce qu'elle a à dire.
Rochefort : Il y a autre chose que vous ignorez. Une chose si choquante que les mots restent bloqués dans ma gorge.
Le roi : De quoi s'agit-il, Rochefort ? Dites-le moi.
Rochefort : Lors de mes investigation sur les agissements la reine, j'ai découvert que le Cardinal lui-même avait des doutes quant à sa loyauté. Il pensait que Sa Majesté avait eu ... une liaison avec le mousquetaire Aramis, et ceci précisément neuf mois avant la naissance du Dauphin. Bien entendu, Aramis a été arrêté. Et j'espère être en mesure d'établir la vérité en temps voulu.
Le roi en pleure et empoignant Rochefort : Non Rochefort ! Je veux la vérité maintenant ! Avez-vous compris ? Toute la vérité. Tout, est-ce bien clair ?

Portos est dans les bois en train de s'armer lorsqu'il entend des hennissements. Vargas et ses hommes espagnols approchent de sa cachette.

Un garde espagnol : Il sait qu'il ne peut pas nous distancer.
Vargas : Il nous a attirer ici pour combattre.
Un garde espagnol : Ce n'est pas très prudent de pénétrer comme ça en territoire ennemi. Si les français nous trouvent ici...
Vargas : Je ne prendrais pas le risque de le laisser en vie. Je le suivrai jusqu'en enfer s'il le faut.
Portos, les regardant d'une cachette en hauteur : C'est ça, venez donc à moi...

Un homme armé s'approche de sa cachette lorsque Portos surgit et lui tire dessus. Tout le monde se met alors à tirer en direction de Portos qui s'éloigne vers ses autres armes.

Vargas : Pour un simple domestique, vous êtes un fin tireur, Monsieur. Combien de temps pensez-vous nous résister ?

Portos se lève et tire sur l'ennemi le plus proche. Il s'échappe dans les rochers tout en continuant à tirer, jusqu'à ce qu'il soit de nouveau à l'abri. Dans une salle du palais, des hommes en noir sont réunis autour d'une table, alors qu'Aramis se tient debout devant eux.

Rochefort : Nous sommes réunis ici pour établir les faits concernant l'infidélité de la reine. Vous êtes accusé d'avoir séduit la reine lors de son séjour au couvent de Bourbon-Les-Eaux. Et d'être le père de son enfant. Jurez-vous de nous dire toute la vérité concernant cette sordide affaire ?
Aramis posant la main sur une bible : Je le jure.
Rochefort : Si vous mentez après avoir solennellement prêter ce serment sacré, vous condamnerez votre âme pour l'éternité. En êtes-vous conscient ?
Aramis : Je suis conscient que Dieu est à nos côtés en ce moment. Dans cette pièce. Nous serons tous jugés pour ce qui est au fond de nos cœurs.
Rochefort : C'est ô combien vrai. Aimez-vous la reine, Aramis ? Allez-vous tout confesser ?
Aramis : Je vais le faire. Je confesse savoir que vous mentez. Vous êtes un menteur donc il ne faut jamais croire les promesses. Vous ne pouvez pas vous permettre que la reine reste en vie, Rochefort. Car elle sait que vous êtes un espion de l'Espagne. Elle sait que vous êtes un meurtrier. Vous avez tenté de séduire sa majesté la reine sans qu'elle vous y ait invité, sans qu'elle provoque la situation. Et maintenant, vous essayez de dissimuler vos mensonges en accusant des innocents. C'est Rochefort le seul traitre ici ! C'est lui le véritable l'ennemi ! Et c'est lui qui devrait être traduit en justice !
Rochefort : Vous niez donc les accusations retenues contre vous ?
Aramis : En effet.
Rochefort se levant : Une confession sincère aurait permis de conserver intacte une infime part de votre honneur. Au lieu de cela, vous vous disgraciez en proférant des mensonges indignes.

Les portes de la salle s'ouvrent, laissant lentement entrer Lady Marguerite.

Rochefort : Avancez Marguerite. Vous avez surpris la reine et Aramis en train de s'entretenir en privé. Comment décririez-vous leur attitude l'un envers l'autre ? C'est moi que vous devez regarder, ce n'est pas lui.
Marguerite : Ils avaient l'air intimes. Comme deux amants.
Rochefort : Mais vous étiez, vous aussi, la maitresse de ce mousquetaire ? Répondez à haute voix.
Marguerite : En effet.
Rochefort : Cette liaison a-t-elle commencé alors que vous veniez d'arriver à la cour ?
Marguerite : Peu après mon arrivée. Lorsque j'ai été nommée gouvernante du jeune Dauphin.
Rochefort : Son intérêt pour vous coïncide-t-il donc avec votre nomination au rang de gouvernante ?
Marguerite : Euh... Je... Oui.
Rochefort : Lorsqu'il recherchait votre compagnie, étiez-vous toujours seule ?
Marguerite : J'étais seule, mais avec le Dauphin.
Rochefort : Alors était-ce vous qu'il souhaitait véritable voir... ou bien était-ce l'enfant ?
Marguerite : Son premier geste était toujours d'aller voir l'enfant.
Rochefort : Pourquoi se souciait-il à ce point de lui ?
Marguerite : Parce que... le dauphin est son fils !

Le roi, qui observe la scène en hauteur, est abasourdi. Des gardes emportent Marguerite alors qu'elle appelle désespérement Aramis.

Rochefort : Vous avez menti devant cette cour de justice mais pire encore, vous avez trahi de la plus abjecte façon possible le roi que vous aviez juré de servir. Vous espériez sans doute sauver la reine, votre maitresse, mais vous n'avez fait que la condamner, et vous venez de damner votre âme pour l'étenité. Vous serez escorté jusqu'à une cellule dans l'attente de votre exécution, ceci sera fait selon des procédés à la hauteur de l'infamie de vos crimes.

Lady Marguerite traverse les couloirs du palais, sous les commentaires et regards des gardes et des membres de la cour. Rochefort s'approche du roi.

Rochefort : Je vais faire exécuter le mousquetaire immédiatement. Nous devons également discuter de l'avenir de la reine....
Le roi : Pas maintenant, Rochefort.
Rochefort : Sire, nous...
Le roi : J'ai perdu plus qu'une reine aujourd'hui. J'ai perdu mon fils. Mon unique fils. Laissez-moi.

Rochefort s'en va tandis que l'on voit Marguerite en pleure s'effondrer par terre sous les pleurs du Dauphin. Dans la forêt où se cache Portos, les soldats tombent un par un.

Vargas : Attendez, attendez...

Portos arrive à se débarasser du soldat qui était sur le point de l'étrangler, mais un autre homme le menace de son pistolet. Un coup de feu retentit, l'abattant, lui ainsi que les autres hommes, excepté Vargas qui, enserclé par les mousquetaires et par l'épée de Constance, ne bouge plus.

Constance : Rendez-vous, monsieur.
Vargas : Vous laissez des femmes se battre à votre place ?
Constance se rapprochant dangereusement avec son épée : Peut-être que ces hommes sont venus se battre en mon nom.

Vargas est désarmé par Treville et Portos se rapproche du groupe.

Vargas, mis à terre par Portos : Vous menez très mal les interrogatoires. La douleur à elle seule n'est rien. Je ne trahirai jamais mon pays.
Athos : Vous l'avez déjà trahi.
Vargas : Que voulez-vous dire ?
Treville : Le roi Philippe voudrait-il voir assassiner sa propre sœur ?
D'Artagnan : Rochefort a l'intention de la tuer. Nous ne sommes peut être qu'à quelques heures de son exécution.
Treville : Le roi aime sa sœur. Si elle meurt, il voudra se venger. Et c'est vous qui payerez le premier.
Vargas : Rochefort n'a jamais reçu l'ordre de nuire à la reine.
D'Artagnan : C'est un monstre que vous avez façonnez.
Vargas : Ce n'est pas un monstre. Mais il m'obéit.
Athos : Témoingez contre Rochefort et vous sauverez la reine.
Treville : Si vous vous enfuyez, vous la condamnez. Et vous avec elle.
Vargas : La capacité de Rochefort à souffrir est remarquable. Quand il nous a rejoinds, je fondais de grands espoirs sur lui. Même moi je n'aurais jamais imaginé qu'il se hisserait si haut.
Athos : C'est vous qui l'avez créé. C'est à vous de l'abattre.

Rochefort se dirige vers une salle avec un garde mais décide de se rendre dans la chambre du Dauphin qui pleure. Lady Marguerite est allongée par terre, morte, les yeux ouverts et un flaçon vide dans la main... Rochefort voit une lettre qu'elle a écrit et la déchire. Il regarde l'enfant et fait demi-tour. Il se rend ensuite dans les appartements de la reine.

Rochefort : La vérité quant à votre liaison avec Aramis a été établie. Mais si vous le souhaitez, je peux plaider auprès du roi pour qu'il se montre clément.
Anne : Je suis la reine de France et la sœur du roi d'Espagne. Je n'implore pas la pitié.
Rochefort : Il vous faut un ami.
Anne : J'ai de nombreux amis. Et ils viendront à mon aide comme ils l'ont fait pour Constance.
Rochefort : Oh non, ils ne viendront pas. Il n'y a plus que vous et moi dorénavant. En Espagne, un homme, Vargas, était chargé de me torturer. Jour après jour, Vargas et moi nous franchissions ensemble de nouveaux palliers dans la souffrance. Savez-vous qui m'a permis de tenir aussi longtemps avant qu'il me brise ? Vous. Le simple fait de penser à vous me procurait comme un refuge.
Anne : Sachez, Rochefort... Que pendant tout ce temps... Je n'ai pas pensé à vous une seule fois.
Rochefort : D'ici peu, votre amant, le mousquetaire Aramis, sera soumis au supplice de la roue. Ce corps si précieux à vos yeux sera mutilé et ses membres arrachés. Et pourtant vous l'aimez toujours.
Anne : Vous ne comprenez rien aux choses de l'amour.
Rochefort : Ce n'est que douleur ! Souffrance !
Anne : C'est n'est rien de tout cela !
Rochefort : Au contraire. Ses bras seront brisés. Puis ses jambes. Puis son dos. Et il suppliera d'en finir. Voilà ce qu'est "l'amour". Vous comprenez à quel point ses souffrances ne seront rien en comparaison des tourments que vous allez endurer. Cette souffrance vous permet peut-être d'entrevoir le calvaire que j'ai vécu à chaque minute, jour après jour.

Aramis est dans sa cellule et essaye de se libérer mais il perd vite espoir.

Aramis : Seigneur, si vous épargnez la reine, et que par un miracle, vous m'autorisez à vivre, je jure de vouer le restant de mes jours à vous rendre grâce. Je jure de renoncer à toutes les tentations terrestres, y compris à être mousquetaire. Je ne suis pas digne de votre miséricorde. Mon âme est préparée.

On entend le bruit d'un homme qui tombe à terre. Milady arrive, un couteau et des clés à la main.

Milady : Les voies du Seigneur sont impénétrables, n'est-ce pas ?
Aramis : La reine ?
Milady : Elle est en vie. Ce n'est pas grâce à vous.
Aramis : Et les autres ?
Milady : Partis aider Porthos.
Aramis : Alors les allégations de Rochefort seront bientôt réfutées.
Milady : Même celles qui sont vraies ?
Aramis : Ils ne vont pas tarder à découvrir mon évasion.
Milady : Vous ne vous êtes pas évader, je vous ai délivrer. Je vous en prie, pas d'effusion.

On frappe à la porte des mousquetaires. Athos ouvre et embrasse Aramis qui entre.

Portos prenant Aramis dans ses bras : Viens là. Je suis heureux de te revoir.
D'Artagnan faisant de même : Ce n'était pas ton heure, que veux-tu ?
Treville : Ca suffit, vous discuterez plus tard. Nous devons nous rendre auprès du roi.
Constance enlacant à son tour Aramis : Je suis heureuse de vous voir.

Milady est dans la pièce à côté. Athos se dirige vers elle et lui tend un gobelet qu'elle ne prend pas.

Athos : Merci de lui avoir sauvé la vie. Qu'allez-vous faire maintenant ?
Milady : Commencer une nouvelle vie. En Angleterre, peut-être.
Athos : Il pleut tellement en Angleterre. Et la nourriture y est... pff
Milady : Cela vous importerait-il si je partais ?
Athos : Vous êtes libre de faire ce que vous voulez.
Milady : Je ne suis pas libre. Je suis liée à vous. Et vous êtes lié à moi. Je suis devenue une infame et odieuse personne, une étrangère qui triche, qui ment, qui tue sans la moindre conscience. Je ne veux plus être cette créature démonique. Je voudrais redevenir... celle que j'étais autrefois auprès de vous. Sentir en moi l'espoir au lieu de ce néant qui emplit mon coeur. Sachez que dès après-demain, ma voiture m'amènera loin de Paris. Je ferai halte au croisement des routes jusqu'au crépuscule. Si vous venez à moi, nous nous rendrons au Havre et nous embarquerons pour l'Angleterre ensemble. Sinon vous ne venez pas, j'embarquerai seule, et vous ne me reverrez plus jamais. Nous n'avons aucune raison de nous faire encore confiance. Mais à qui d'autre faire confiance ? Qui d'autre nous connait si bien que nous nous connaissons ?
D'Artagnan entrant discrètement : Il est l'heure de mener Vargas au roi.

Le roi et Rochefort sont dans la chambre du roi.

Rochefort : Aramis s'est échappé. Les conspirateurs tenteront certainement de faire également évader la reine. Si elle parvenait à s'échapper, qui sait combien pourraient rallier sa cause ? Ce serait une révolution. Une guerre civile.
Le roi : Mais que faire ?
Rochefort : Peut-être qu'une mesure plus radicale serait utile ? Comme exiler Sa Majesté en Nouvelle-France ?
Le roi : Et prendre le risque d'étendre la conspiration ?
Rochefort : Pardonnez ma stupidité. Votre Majesté est clairvoyante.
Le roi : Vous n'êtes pas stupide, Rochefort. Vous êtes un ami très cher. Le seul qui ose me dire la vérité. Même lorsqu'elle n'est pas à votre avantage.
Rochefort : Je suis donc obligé, en toute humilité, d'ajouter encore une chose.
Le roi : Qu'est-ce que cela ?
Rochefort : Voici l'unique et infaillible moyen de vaincre enfin vos ennemis. Vous devez le signer. Alors seulement vous serez en sécurité. Vous devez signer la condamnation à mort de la reine.

Le groupe des mousquetaires emmène leur prisonnier Vargas dans un sombre dédale de couloirs.

Vargas : Si nous étions dans le Palais royal à Madrid, vous auriez été tués il y a longtemps.
Portos : Silence, vous parlerez devant le roi.
Vargas : Comment vous appelez-vous, Mousquetaire ?
Portos : Porthos. Pourquoi ?
Vargas : J'aime connaitre le nom d'un homme que je m'apprête à tuer.
Portos en riant : Vous avez manqué votre chance.

De retour dans la chambre royale, le roi pose sa coupe de vin et s'apprète à signer l'acte de condamnation de la reine Anne. Au dernier moment, il se met à pleurer et se lève face à Rochefort.

Le roi : Non Rochefort, je ne peux tuer ma propre...
Rochefort : Vous devez signer, Sire !
Le roi : C'est trop dur ! Je serais alors seul au monde.
Rochefort : Préfèrez-vous élever comme votre fils l'enfant engendré par des traites ? Et endurer une vie entière d'humiliation ?
Le roi : Ne parlez pas à votre roi de la sorte !
Rochefort : Et avoir un héritier qui n'est pas de votre sang ?
Le roi : Ca suffit ! Assez...

Le roi se rassoit à son bureau et signe de son nom le document. Rochefort le prend et s'apprête à sortir.

Le roi : Agissez discrètement... et que ce soit bref. Faites en sorte que ce soit bref.
Rochefort : Votre Majesté est très miséricordieuse. Rochefort à ses soldats : Videz le palais. Seule la garde royale devra rester.
Le soldat : Allons-y !

Rochefort se saisit à deux mains d'une chaine fine mais solide. L'équipe des mousquetaires gravit les marches du palais sans rencontrer une seule personne.

Vargas : Il n'y a pas un seul garde. Avec une si piètre protection, je ne m'étonne pas que la France vacille...
Constance : Il n'y a aucun domestique, aucun courtisan.
Aramis : Je dois me rendre auprès de la reine.
Constance : Je vous accompagne.
Aramis : Conduisez Vargas au roi.
D'Artagnan à Constance : Soyez prudente.
Des gardes surgissant en haut des marches : Les mousquetaires !

Aramis et Constance tire dans le tas avant de s'enfuire d'un coté pendant que le reste des mousquetaires combattent les gardes dans les escaliers.

Portos à Vargas : Venez !

La reine Anne est agenouillée à un prie-dieu, un chapelet dans les mains. Rochefort s'avance, la chaine dans sa main.

Anne : Sainte Marie, mère de Dieu... Priez pour nous pauvre pêcheurs... maintenant et à l'heure de notre mort.

Le combat continue dans les escaliers.

Athos à Portos : Tenez Vargas à l'abri, nous allons faire diversion le plus longtemps possible.

Anne : Vous êtes bénie entre tous les femmes, et Jesus, le fruit de vos entrailles...

D'Artagnan et Athos descendent les marches en courant, entrainant avec les gardes. Ce qui laisse la voix libre à Portos, Treville et Vargas de monter les escaliers. Rochefort s'avance lentement vers la salle où Anne prie.

Anne : Je vous salue Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous...

Le Roi en entendant les bruits du combat : Il y a quelqu'un ?

Anne : Sainte Marie, mère de Dieu... priez pour nous pauvres pêcheurs... maintenant... et à l'heure de notre mort.
Rochefort se tenant derrière Anne : Amen.

Le Roi devant un soudain silence : Gardes ?

Un garde ouvre la porte et s'effondre. On voit alors apparaître Portos qui s'avance jusqu'au roi tout en rangeant son épée, suivi de Vargas et Treville.

Le roi : Si ma vie doit s'achever ici, je préfèrerais le mousquet plutot que l'épée.
Portos présentant son épée au roi : C'est la fin, Votre Majesté. Mais pas la votre.
Portos à Vargas : Si vous voulez revoir Madrid un jour, commencez votre récit.

Anne se retourne et voit Rochefort avec la chaine dans sa main. Elle redresse la tête et ferme les yeux pendant que Rochefort lui touche le cou de sa main gantée.

Anne : Vous ne me toucherez jamais plus Rochefort.

Rochefort se saisit de la chaine et la pose sur le cou de la reine, sur le point de l'étrangler quand Aramis et Constance surgissent dans la pièce et un coup de feu est tiré.

Aramis tirant son épée : Relachez la reine !
Rochefort dégainant à son tour son épée : C'est à moi que la reine appartient !

Les deux hommes commencent à se battre tandis que Constance se dirige vers la reine. Elle s'avance ensuite vers Rochefort et le frappe sur le côté.

Aramis poussant Constance : Reculez ! Reculez !
Rochefort : Vous croyez pouvoir la sauver ? En quoi la reine serait-elle différente de la maîtresse du cardinal ? Ou encore de Marguerite ? Elle a mis fin à ses jours à cause de vous.

Le combat se poursuit férocement, jusqu'à ce qu'Aramis plante une dague dans le dos de Rochefort, le blessant mortellement. Rochefort se dirige en titubant vers la porte ouverte, où se trouve les trois autres mousquetaires, armes à la main. Rochefort retire la dague de son dos. Vargas et Treville entre dans la pièce.

Vargas : C'est terminé. Le roi de France connait la vérité.
Rochefort : Vous m'avez donc trahi ?
Vargas : Vous ne m'avez pas laissé le choix.

Rochefort s'élance vers Vargas pour le toucher mais est rapidement désarmé par Athos.

Athos : Rendez-vous.

Rochefort tente une nouvelle fois de se battres mais les mousquetaires l'arrêtent. D'Artagnan lui fait alors face et les deux hommes s'affrontent. D'Artagnan plante finalement son épée dans le ventre de Rochefort. Ce dernier tombe à terre, crachant du sang et enlevant son bandeau.

Rochefort : Mensonges.
Anne : C'est vous qui avez proféré des mensonges. Ils vous suivront dans votre tombe, Rochefort.
Vargas s'agenouillant à côté de Rochefort : L'Espagne vous remercie pour vos services.
Rochefort : Je n'ai jamais agi pour servir l'Espagne.
Rochefort regardant Vargas et Treville s'en aller, puis tour à tour chaque personne autour de lui et particulièrement la reine : Seul au monde.

Il rend son dernier souffle. Aramis s'approche de lui pour lui fermer les yeux.

Anne : Non Aramis, pas pour lui.

La cour se retrouve dans les jardins du palais, sous un beau soleil.

Le roi aux mousquetaires : Rochefort avait embrumé mon esprit avec ses terribles mensonges. Je me sens comme ressortir d'un bien mauvais rêve.
Athos : Il a trompé les plus sages d'entre nous, Sire. Votre Majesté en premier.
Anne tenant le Dauphin dans ses bras : Il est devenu plus fort depuis la dernière fois que je l'ai tenu dans les bras.
Le roi : Nous sommes plus forts aussi. Vous êtes la meilleure et plus loyale des épouses. Regardez le ! Bien sûr que c'est mon fils. On ne saurait mieux me ressembler ! On vous a véritablement fait grand tort, Aramis. J'en suis sincèrement navré.
Aramis : Vous n'avez nulle raison d'être navré, Sire. Je suis... votre humble serviteur.
Le roi : Les paroles d'un loyal serviteur de la France. Nous avons une affaire à discuter, Tréville.

Le roi s'éloigne en compagnie de Treville tandis que la reine s'avance vers Aramis et les mousquetaires.

Aramis : A présent vous êtes en sécurité Madame. Vous êtes tous deux en sécurité.
Anne : C'est à vous que je le dois. Et à vos amis.
Le roi : Venez, ma dame.

Après un dernier regard pour Aramis, la reine rejoinds le roi en compagnie de sa suite.

Le roi : L'Espagne a outrepassé ses droits par cet infame complot. Réunissez le Conseil. Vous y assisterez en tant que nouveau ministre de la guerre.
Treville : Ministre... de la guerre ?
Anne : Il est temps d'occuper la place qui vous revient au côté du roi, capitaine.
Le roi : Je ne souffrirai pas que vous refusiez une seconde fois.
Treville : Sire, je ne saurais refuser cette offre qui m'honore.

Les mousquetaires marchent sur une route qui s'éloigne du palais. Aramis s'arrête soudain.

Aramis : J'ai quelque chose à vous annoncer. J'ai décidé de renoncer à l'épée et de me retirer au monastère de Douai.
Portos : Aramis va devenir moine ?
Aramis : J'ai fait un serment devant Dieu et je me dois de tenir cette promesse. Si je vous en avais parlé plus tôt, vous auriez tenté de m'en dissuader.
D'Artagnan : Nous allons t'en dissuader.
Portos : Est-ce vraiment ce que tu désires ?
Aramis : De tout mon cœur.
Athos s'approchant de Aramis pour le serrer dans ses bras : Alors adieu, mon vieil ami.
Portos : Nous allons vraiment le laisser partir ?
Athos : Non. C'est lui qui nous laisse partir.
D'Artagnan se jettant presque dans les bras d'Aramis : Tu vas nous manquer.
Aramis : Prends soin de Constance.
D'Artagnan : Je le ferai.

Portos s'avance à son tour pour le prendre dans ses bras.

Aramis tendant la main : Un pour tous.
Les trois autres mousquetaires tendent eux-aussi leur main au dessus de celle d'Aramis et tous en cœur : Tous pour un.

Les mousquetaires regardent tristement s'éloigner Aramis. D'Artagnan fait les cent pas à l'autel d'une église lorsque Constance apparaît vêtue d'une sublime robe, escortée par Athos. D'Artagnan sourit en la voyant.

Portos : Ils sont beaux !
D'Artagnan : Vous êtes ravissante.
Le prêtre : Mes seigneurs, Madame. Nous voici réunis devant Dieu pour unir ces deux êtres par les liens sacrés du mariage. Vous vous devrez amour et loyauté, en tant que mari et femme jusqu'à ce que la mort vous sépare.

Athos a l'air pensif. Milady est dans sa voiture, pleine d'espoir, en train de l'attendre à la croisée des routes.

Le prêtre : D'Artagnan, voulez-vous prendre Constance pour épouse ?
D'Artagnan : Je le veux.
Le prêtre : Et vous Constance, voulez-vous prendre d'Artagnan pour époux ?
Constance : Je le veux.
Le prêtre : Je vous déclare maintenant mari et femme.Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit... Amen. Le fils de Dieu dans sa bonté nous a montré la voix...

Athos se retourne et quitte précipitamment l'église. Milady l'attend encore. Treville apparaît alors face à Athos.

Treville : La guerre est déclarée contre l'Espagne. Chacun doit être à son poste.
Athos : Je rejoindrai mon poste plus tard.
Treville : Allez-y maintenant. Et parlez à vos hommes.
Athos : Mes hommes ?
Treville : En tant que ministre de la guerre, je vous nomme Capitaine des Mousquetaires du roi.
Athos : Moi ? Je n'ai pas l'étoffe d'un commandant.
Treville : Les hommes vous admirent. Vous ne pouvez pas les décevoir. Nous avons tous un devoir à accomplir.

Les deux hommes, toujours dans l'église, se retournent pour voir D'Artagnan et Constance s'embrasser. Plus tard, dans la caserne, Athos reçoit un message.

Athos : Duval ! Remettez ce pli à un coursier je vous prie.

Il part ensuite à cheval sous les yeux de Portos. Milady qui attend dans sa voiture entend un cheval et sort pleine d'espoir. Mais ce n'est hélàs qu'un cavalier qui passe sur le chemin. Dans la chambre des jeunes mariés, Constance et D'Artagnan sont enlacés dans leur lit.

D'Artagnan : Vous méritiez un cadre plus luxueux pour votre lune de miel. Un gentilhomme digne de ce nom aurait emmené son épouse dans un lieu moins rustique...
Constance : Je n'ai pas épousé n'importe quel gentilhomme. J'ai épousé un mousquetaire.

Athos arrive à cheval au point de rendez-vous de Milady. Mais il n'y a plus personne. Il voit alors par terre son gant blanc et comprend qu'il est trop tard. L'air triste et résigné, il rejoind alors la cour de la caserne. Constance et D'Artagnan se dirigent eux aussi dans la cour. Il échange un dernier baiser avant que D'Artagnan ne rejoigne Portos, Athos et Treville.

Portos : Je n'arrive pas me faire à l'idée que nous ne soyons que trois.
Athos : Aramis serait à nos côtés s'il savait que la guerre est déclarée.
D'Artagnan : Il faudrait peut être l'avertir.

Les trois mousquetaires se regardent et se retournent tous d'un air entendu vers Treville.

Treville : Soyez de retour avant que le régiment ne parte pour la frontière.

Les trois mousquetaires partent alors au galop sous les yeux de Treville et Constance.

D'Artagnan : Après toi, Porthos !

Générique de Fin

Kikavu ?

Au total, 39 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Elonarose 
12.03.2019 vers 12h

Sirena 
24.02.2018 vers 21h

Larousse96 
27.01.2018 vers 23h

ArthurRrr 
02.12.2017 vers 13h

laeti5 
06.11.2017 vers 15h

DrSherlock 
02.08.2017 vers 12h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 6 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

HypnoCup

Quel est ton personnage préféré ?

Clique ici pour voter

Ne manque pas...

HypnoChannel fête la Saint Valentin avec un bouquet de vidéos !
Notre cadeau | Un bouquet de vidéos !

HypnoCup 2020: La Finale!
La Finale | Teaser YouTube

Activité récente
Actualités
HypnoChannel : Les mousquetaires fêtent la Saint Valentin

HypnoChannel : Les mousquetaires fêtent la Saint Valentin
A l'occasion de la Saint Valentin, la chaîne YouTube HypnoChannel a mis en ligne des vidéos de...

Changement dans l'équipe

Changement dans l'équipe
Après cinq ans de bons et loyaux service, la capitaine a décidé de prendre sa retraite. Je transmets...

Calendrier du mois !

Calendrier du mois !
Le calendrier de janvier 2020 est disponible sur le quartier. Ce calendrier est signé Xanaphia, et...

Calendrier du mois !

Calendrier du mois !
Le calendrier de décembre 2019 est disponible sur le quartier. Ce calendrier est signé Xanaphia, et...

Calendrier du mois !

Calendrier du mois !
Le calendrier d'octobre 2019 est disponible sur le quartier. Ce calendrier est signé Xanaphia, et...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

pretty31, 24.02.2020 à 19:03

Nouveau duel sur Haven, A travers la faille : Wisteria Lane (Desperate Housewives) vs Stars Hollow (Gilmore Girls)

ShanInXYZ, Avant-hier à 17:18

Derniers jours pour voter pour le concours de wallpapers sur le Quartier Doctor Who, n'oubliez pas de passer jetez un coup d'oeil

cinto, Hier à 18:33

Vous pouvez encore voter aux sondages "Ma sorcière Bien aimée" et "The Tudors"...Merci.

SeySey, Hier à 20:03

Bonsoir! Je cherche 1 ou 2 volontaires pour les calendrier mars des quartiers Outlander & Suits ^^

SeySey, Hier à 20:03

Merci d'avance

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site

Retrouvez la chaine Hypnoweb.net
sur Blasting News